Translate

jeudi 20 septembre 2012

Découverte arrosée du sud-est Australien !





Nous avons passé 8 semaines sur ce pays continent et sillonné une petite partie seulement, à savoir, l'état de VICTORIA et le NEW SOUTH WALES. Malheureusement pour nous, et une fois de plus, nous avons essuyé une météo exceptionnelle après une dizaine d'années de sécheresse. En effet, il a plu en moyenne 3 à 4 jours par semaine et ce sur les 2 derniers mois de l'année 2010. Heureusement, nous devions aller dans le Queensland, descendre à vélo de Brisbane à Sydney mais nous avons changé nos plans pour plusieurs raisons donc, nous avons échappé aux inondations !!!
Malgré cette météo très défavorable pour un voyage cyclocampeur, nous avons apprécié notre séjour sur Melbourne, la « Great Ocean Road » Sydney et les « Blue Mountains ». Pour la parenthèse, Melbourne est plus appropriée, plus axée pour les cyclistes (pistes cyclables, location et boutiques vélo...) et le centre ville à beaucoup d'espaces verts contrairement à Sydney. De plus, le Musée est entièrement gratuit avec une belle exposition permanente sur l'art Aborigène. Sinon, en « dehors des villes » vous êtes assaillis constamment par les mouches, donc, mieux vaut se munir d'une moustiquaire de tête, surtout si vous êtes à vélo. Mais, au niveau de la faune et de la flore, nous avons été assez émerveillés entre les kangourous, les wallabies, les koalas, les nombreux cacatoès aux multiples plumages colorés, le chant délirant du kookaburra, les chauves souris géantes et les reptiles. Heureusement nous n'avons croisé aucun serpent, sachant que 21 des 25 plus dangereux au monde vivent en Australie !!!, uniquement des lézards. Un soir avant de se coucher, juste une belle frayeur avec une araignée d'une envergure grande comme la taille d'une main d'adulte et bien velue qui grimpait sur la moustiquaire de la tente. Il s'agissait d'une « Huntsman » impressionnante mais inoffensive, au pire si elle vous mord, juste une petite douleur pendant quelques jours.
Au niveau des relations avec les australiens nous avons été en général très bien accueillis, des gens très avenants, serviables et décontractés. La ville qui nous aura le plus marqué est Melbourne avec des quartiers d'ambiances différentes et des looks plus originaux les uns que les autres.
Par contre la vie est très chère, mieux vaut prévoir un sacré budget si vous comptez visiter l'Australie. Le meilleur moyen est de louer un petit van ou camping-car pour économiser l'hébergement. Dues aux mauvaises conditions météorologiques, il a quand même représenté 60% de nos dépenses (camping, auberge de jeunesse et surtout pas d'hôtel) et en étant hébergés pendant 10 jours.

dimanche 5 août 2012

Douce France... !




Encore quelques coups de pédales et nous franchissons la pancarte « Frantzia », nous voilà en « Pays basque »  à Hendaye.  Malheureusement, la grisaille nous poursuit, nous n’avons pas pu la laisser à la frontière !!! Nous sommes le 16  juillet et la couleur de fond est toujours aussi grise qu’une journée automnale, d’ailleurs nos organismes commencent à fatiguer un peu. Nous décidons de passer quelques jours à Ascain (joli petit village) à 6 kms de St Jean de Luz. On en profite pour se balader et pour visiter les alentours notamment Biarritz où les touristes s’évertuent à se rendre sur la plage avec leur serviette vêtus toutefois d’une petite laine ! Quand au petit train de la Rhune, inutile de s’y attarder,  les rails et la locomotive sont dans les nuages…
Vent dominant : sud-ouest. Autant en profiter pour traverser les Landes. Etape de + de 100 km dans la journée, de toute façon le paysage est désolant et il porte encore les stigmates du cyclone Klaus de 1999.  Des hectares de pins ont quitté le décor qui ressemble de nouveau à l’époque pré-Napoléonienne. Désormais, Il nous faut rejoindre la Gironde. Nous sillonnons à travers les vignes de grands crus tel Pauillac mais à la flotte et sous la flotte !!! Nous ferons étape dans la non moins célèbre (pour son caractère architectural et ses bons vins) petite cité : St-Emilion où les touristes, amateurs et grands connaisseurs de vin viennent « s’émoustiller » les papilles. Pour notre part, inutile de penser à faire des réserves dans les sacoches pour notre cave ou nous allons devoir doubler d’efforts dans les montées ! Surtout qu’il nous reste encore du chemin à parcourir… Pour pimenter un peu notre étape, une petite escapade à Espelette avant de se diriger vers la Charente, Charente-Maritime via Cognac. Puis, les Deux-Sèvres, la Vienne Poitiers et Angle-sur-Anglin classé comme l’un des plus « Beaux villages de France », L’Indre et les Etangs de Brenne avant de retrouver les bords de Loire Chambord, Beaugency puis Orléans (ville qui nous a agréablement surprise depuis son réaménagement).  Dernière étape chez notre couple d’amis, lesquels ont partagé avec nous et en tandem ce nouveau voyage à vélo.  Par contre, comparer à notre traversée de la France le long des fleuves, il est préférable à un itinéraire sur route où force est de constater que les automobilistes français sont les moins respectueux et les plus agressifs au volant sur l’échelle de notre voyage en Europe ! Aussi pour l’anecdote, nous avons été jetés comme des malpropres pour avoir oser s’abriter d’une bonne averse sous un préau, privé soit. Mais nous avons déjà rencontré ce cas de figure à l’étranger et l’hospitalité a toujours été compatissante et chaleureuse. « Douce France (la, lala, lala…) bercée de tant d’insouciance… aux clochers aux maisons sages… »… Charles est-ce toujours d’actualité ??!! Mais nous ne devons pas nous arrêter sur cette fausse note, l’hexagone a heureusement encore beaucoup de charme à nous offrir. Le « Tour de France » en est l’exemple concret et sa célébrité parle pour Elle (France) !!!