Translate

dimanche 15 décembre 2013

Île de Tenerife

Tenerife.... si l'on regarde sur le globe, géographiquement elle se situe sur la même latitude que le Maroc, limite avec le Sahara Occidental et en plein cœur de l'Atlantique. Ce n'est pas la première île au palmarès des destinations de rêves que l'on inscrit sur son carnet de voyage. De plus, on imagine une île bétonnée et défigurée par une multitude de complexes hôteliers qui ont entachés le décor depuis les années 70, à l'aube du tourisme de masse. Pas très engageant, je vous l'accorde... Mais si vous ne vous attardez pas sur cette zone « urbano-touristique » du sud-est de l'île, la vraie facette de Tenerife et de son patrimoine naturel s'offre à vous. En effet, une quinzaine de jours ne sont pas suffisant pour découvrir cette île volcanique, en particulier si vous aimez la randonnée à pied ou à vélo mais dans ce dernier cas, mieux vaut être entraîné et avoir des mollets d'acier car il y a peu de terrain plat ! Du Parc Rural d'Anaga (pointe nord-est, forêt du Tertiaire) à la région montagneuse de Masca (extrême nord ouest), sans oublié le Parc Naturel National du El Teide, unique zone de haute montagne subtropicale en Europe hébergeant le plus haut volcan d' Espagne (3 718m d'altitude, centre de l'île) ou encore la Vallée protégée de La Orotava et ses cultures de bananiers (centre-nord ouest), vous passez respectivement par des paysages de types Méditerranéens, Réunionnais ou encore de l'Utah et du Névada aux Etats-Unis. Bref, dépaysement garantie et voyage à travers le monde, le tout sur un mouchoir de poche ! Bien sur il existe une multitude de plages de sable.. gris et des piscines naturelles pour les amoureux du farniente et de la bronzette.
Pour vous déplacer sur l'île, louer une voiture n'est pas très onéreux et le carburant est beaucoup moins cher que sur le continent européen. Toutefois, un petit conseil, faites votre réservation à l'avance sur Internet car vous risquez de vous cassez le nez à votre arrivée à l'aéroport (ce fut notre cas, plus de voiture de disponible). A savoir, Tenerife est également très bien desservie par le réseau de bus Titsa (Bus : guagua, prononcez wawa!) et le taxi reste correcte. Quant à l'hébergement, nous avons réservé nos deux maisons (en total indépendance) + grande terrasse avec vue sur mer, montagnes et le El Teide pour un budget non prohibitif. Plutôt intéressant, car ne l'oublions pas, nous sommes toujours en Europe !
Ma cousine et moi sommes allées de mi-novembre à début décembre, le temps était mitigé mais avec des températures plutôt clémentes (18° à 23°C). Tenerife est d'ailleurs surnommée « l'île du Printemps éternel », nous avions oublié que nous étions bientôt à Noël !

Bref, une bonne petite parenthèse sur l'île de Tenerife sur laquelle nous reviendrons pour notre plus grand plaisir d'autant que nous n'avons pas eu le temps d'embarquer à bord d'une de ses nombreuses goélettes pour aller observer les dauphins et baleines visibles tout au long de l'année (unique au monde). Ou encore, une incursion sur une des autres 5 îles (La Palma, Fuertaventura, Lanzarote, La Gomera, Gran Canaria ou El Hierro) que composent les Canaries.

Une fois l'opération terminée, appuyez sur "Entrée"

dimanche 5 août 2012

Douce France... !




Encore quelques coups de pédales et nous franchissons la pancarte « Frantzia », nous voilà en « Pays basque »  à Hendaye.  Malheureusement, la grisaille nous poursuit, nous n’avons pas pu la laisser à la frontière !!! Nous sommes le 16  juillet et la couleur de fond est toujours aussi grise qu’une journée automnale, d’ailleurs nos organismes commencent à fatiguer un peu. Nous décidons de passer quelques jours à Ascain (joli petit village) à 6 kms de St Jean de Luz. On en profite pour se balader et pour visiter les alentours notamment Biarritz où les touristes s’évertuent à se rendre sur la plage avec leur serviette vêtus toutefois d’une petite laine ! Quand au petit train de la Rhune, inutile de s’y attarder,  les rails et la locomotive sont dans les nuages…
Vent dominant : sud-ouest. Autant en profiter pour traverser les Landes. Etape de + de 100 km dans la journée, de toute façon le paysage est désolant et il porte encore les stigmates du cyclone Klaus de 1999.  Des hectares de pins ont quitté le décor qui ressemble de nouveau à l’époque pré-Napoléonienne. Désormais, Il nous faut rejoindre la Gironde. Nous sillonnons à travers les vignes de grands crus tel Pauillac mais à la flotte et sous la flotte !!! Nous ferons étape dans la non moins célèbre (pour son caractère architectural et ses bons vins) petite cité : St-Emilion où les touristes, amateurs et grands connaisseurs de vin viennent « s’émoustiller » les papilles. Pour notre part, inutile de penser à faire des réserves dans les sacoches pour notre cave ou nous allons devoir doubler d’efforts dans les montées ! Surtout qu’il nous reste encore du chemin à parcourir… Pour pimenter un peu notre étape, une petite escapade à Espelette avant de se diriger vers la Charente, Charente-Maritime via Cognac. Puis, les Deux-Sèvres, la Vienne Poitiers et Angle-sur-Anglin classé comme l’un des plus « Beaux villages de France », L’Indre et les Etangs de Brenne avant de retrouver les bords de Loire Chambord, Beaugency puis Orléans (ville qui nous a agréablement surprise depuis son réaménagement).  Dernière étape chez notre couple d’amis, lesquels ont partagé avec nous et en tandem ce nouveau voyage à vélo.  Par contre, comparer à notre traversée de la France le long des fleuves, il est préférable à un itinéraire sur route où force est de constater que les automobilistes français sont les moins respectueux et les plus agressifs au volant sur l’échelle de notre voyage en Europe ! Aussi pour l’anecdote, nous avons été jetés comme des malpropres pour avoir oser s’abriter d’une bonne averse sous un préau, privé soit. Mais nous avons déjà rencontré ce cas de figure à l’étranger et l’hospitalité a toujours été compatissante et chaleureuse. « Douce France (la, lala, lala…) bercée de tant d’insouciance… aux clochers aux maisons sages… »… Charles est-ce toujours d’actualité ??!! Mais nous ne devons pas nous arrêter sur cette fausse note, l’hexagone a heureusement encore beaucoup de charme à nous offrir. Le « Tour de France » en est l’exemple concret et sa célébrité parle pour Elle (France) !!!